Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

“J’ai été appelée à soigner M. B., atteint d’une pneumonie suivie de pleurésie purulente. Etant donné le mauvais état du malade, pensionné comme blessé du poumon pendant la guerre de 1914-18, le médecin l’a considéré perdu d’avance. M. B. s’est affaibli jusqu’au jour où le médecin m’a prié de prévenir sa femme de l’imminence de la fin. Emue par l’immense douleur de Mme B., je m’adressai avec une totale confiance à Mme Carré, en associant Mme B. et sa mère à mes instances. Moins de douze heures après, un concours de circonstances permit à un chirurgien d’emmener M. B. et de l’opérer, ce qui l’a sauvé in extremis. Il est resté longtemps dans un état grave. Sans perdre confiance, avec la religieuse de la clinique, nous avons continué à prier Mme Carré, et vint le jour où complètement rétabli, M. B., éloigné depuis longtemps des pratiques religieuses, vint lui-même, avec sa femme, remercier à Lorry la servante de Dieu.” (Lorraine, France, 1925)

“Dans la nuit du 5 au 6 juillet, appelé à l’hôpital auprès d’une malade soignée par des infirmières Filles de Saint François de Sales et qui ne soupçonnait pas l’extrême gravité de son état, j’ai supplié la Vénérable Mère d’obtenir à cette âme la lumière et le courage dont elle avait besoin. A mon arrivée auprès d’elle, elle demandait d’elle-même les derniers sacrements dont elle avait presque rejeté l’offre jusque-là. Elle mourut le lendemain faisant généreusement le sacrifice de sa vie.

Fin juillet, mêmes prières et même succès auprès d’une pauvre femme tuberculeuse qui mourut le mois suivant et que la crainte de son mari et la honte de l’abandon de sa vie pieuse avaient écartée des sacrements.

A quelques jours de là, même maison, une pauvre vieille, longtemps récalcitrante, cède aussi et meurt quelques heures après avoir communié. Son mari, antireligieux, et qui n’avait pas voulu assister à la réception des sacrements par sa femme, assistait pieusement en pleine nef à la clôture de l’Adoration perpétuelle deux mois et demi après.” (Un prêtre de Paris, 1909)

Prière pour la béatification
de Madame Caroline Carré de Malberg

 

Seigneur, tu as mis au cœur de Caroline Carré
le désir de t’aimer sans rien te refuser.
À son exemple, fais-moi vivre de l’Esprit de Jésus,
en accueillant le quotidien selon le dessein de Dieu.
Daigne manifester sa sainteté en m’accordant,
par son intercession, la grâce de…

Par Jésus-Christ Notre Seigneur.

Amen !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de témoignages

Madame Carré

Emplois retrouvés

“Monsieur P., père de quatre enfants d’âge scolaire, avait perdu son métier de représentant et rencontré d’énormes difficultés pour survivre. Je l’ai recommandé à Mme Carré. Au bout de trois mois, il a retrouvé un autre emploi.” (France, 1990) “Mademoiselle N. E. avait perdu sa situation d’architecte à la suite

Caroline Carré

Persévérance

“Ma fille aînée, à 33 ans, passait un mauvais moment. Elle était découragée, dépressive et très nerveuse, éloignée de l’Église, et s’en alla vivre seule. Ne pouvant rien faire, j’ai pensé à Mme Carré et la lui ai confiée. Pendant deux ans, j’ai demandé son aide. Peu à peu, la

Madame Caroline Carré

Secours inespérés

“Je travaillais comme professeur pour permettre à mon mari de poursuivre ses travaux universitaires. Je me sentais fatiguée et mon apostolat auprès des Filles de Saint François de Sales s’alourdissait. Je me suis donc tournée vers mon amie du ciel : « Caroline, lui dis-je, il me faut plus d’argent et moins