Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

“Je travaillais comme professeur pour permettre à mon mari de poursuivre ses travaux universitaires. Je me sentais fatiguée et mon apostolat auprès des Filles de Saint François de Sales s’alourdissait. Je me suis donc tournée vers mon amie du ciel : « Caroline, lui dis-je, il me faut plus d’argent et moins d’heures de cours. » Et je me mis à préparer l’agrégation pour améliorer ma situation. Ayant passé l’écrit, j’ai dû subir une mammographie : j’avais un cancer et je dis au médecin : “Mais comment vais-je faire, je suis entre l’écrit et l’oral de mon agrégation ?” Le brave homme me dit qu’il placerait la première chimio de sorte que je sois en mesure de me présenter à l’oral au cas où je serais admissible. C’est ainsi qu’à l’hôpital, un coup de fil de mon mari m’apprit mon admissibilité. Quinze jours plus tard, il m’accompagnait à la porte de l’épreuve orale à Paris. Caroline veillait sur moi. J’ai pu supporter les trois heures de préparation et l’heure d’oral devant un jury (deux jours de suite). Et je retournais à l’hôpital pour ma deuxième séance, quand un second coup de fil m’apprit que j’avais réussi le concours et que j’aurais plus d’argent et moins d’heures de cours. J’étais tirée d’affaire. J’attribue cet heureux dénouement à Caroline que j’avais invoquée.” (France, 1997) –

“Je souffre depuis plusieurs années d’un calcul incrusté dans le rein gauche qui provoque infections et fièvres intenses. Etant donné mon âge, les médecins déconseillent l’opération. En février, j’ai présenté la crise la plus grave, trois semaines de fièvre jusqu’à 41°, délire… Ma femme et moi demandâmes secours à notre Vénérable cousine Caroline Colchen dont le souvenir me reportait aux visites que je lui faisais jadis à Lorry en famille. Dans une sorte de songe, je vis une personne âgée, vêtue de noir, qui priait à genoux. Je m’éveillai avec une sensation de délivrance. La fièvre tomba, la nuit fut calme et reposante, pour la première fois depuis trois semaines. Au matin, le médecin fut surpris du changement radical survenu. Tous, nous sommes persuadés que cette guérison soudaine et inespérée est due à l’intercession de la Vénérable Caroline Colchen.” (Belgique, 1952) –

Prière pour la béatification
de Madame Caroline Carré de Malberg

 

Seigneur, tu as mis au cœur de Caroline Carré
le désir de t’aimer sans rien te refuser.
À son exemple, fais-moi vivre de l’Esprit de Jésus,
en accueillant le quotidien selon le dessein de Dieu.
Daigne manifester sa sainteté en m’accordant,
par son intercession, la grâce de…

Par Jésus-Christ Notre Seigneur.

Amen !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de témoignages

enfant

Santé retrouvée pour de jeunes enfants

Mon fils est tombé gravement malade, d’une scarlatine évoluant en otite virulente avec symptômes de septicémie. Les médecins commencent à douter d’une possible guérison, hésitant à opérer devant la faiblesse de l’enfant. Un de ses oncles apporte alors une relique de la Vénérable Caroline. L’enfant, qui était presque toujours inconscient,

brouillard

Se confier à Madame Carré

Depuis plusieurs mois, mon neveu âgé de 25 ans était à la recherche d’un emploi. Il n’obtenait que des réponses négatives à ses demandes, ou s’il avait un entretien de temps en temps, on ne donnait aucune suite. Pour Noël, ma responsable de groupe m’a offert le petit livret bleu

renaissance

Reconnaissance et merci à Caroline

“Depuis plusieurs mois, ma mère s’affaiblissait, se nourrissant de moins en moins. Elle tomba malade le 3 mai, jour de la Pentecôte, d’une congestion pulmonaire. Le docteur fut surtout inquiet à cause de son grand âge, 84 ans, et de sa grande faiblesse. Dès le lendemain, elle se trouva subitement