Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

“Monsieur P., père de quatre enfants d’âge scolaire, avait perdu son métier de représentant et rencontré d’énormes difficultés pour survivre. Je l’ai recommandé à Mme Carré. Au bout de trois mois, il a retrouvé un autre emploi.” (France, 1990)

“Mademoiselle N. E. avait perdu sa situation d’architecte à la suite de bouleversements dans son pays. Je l’ai recommandée à Caroline Carré de Malberg. Au bout de deux mois, elle a retrouvé un emploi à mi-temps dans sa spécialité et la possibilité de compléter comme enseignante.” (Varsovie, Pologne, 1990)

“Mme R. m’a fait part de deux grâces qu’elle a obtenues en priant Mme Carré : une pour son gendre et une pour son fils. Tous les deux étaient dans l’obligation de changer de situation. Ils cherchaient depuis plusieurs mois… Son gendre, officier de marine a eu une situation à quelques kilomètres de chez lui, et son fils qui recherchait une maison de cas sociaux, a été nommé directeur d’une maison de cas sociaux. Elle est bien persuadée que c’est grâce à l’intervention de Madame Carré.” (Ardèche, France, 1992)

Prière pour la béatification
de Madame Caroline Carré de Malberg

 

Seigneur, tu as mis au cœur de Caroline Carré
le désir de t’aimer sans rien te refuser.
À son exemple, fais-moi vivre de l’Esprit de Jésus,
en accueillant le quotidien selon le dessein de Dieu.
Daigne manifester sa sainteté en m’accordant,
par son intercession, la grâce de…

Par Jésus-Christ Notre Seigneur.

Amen !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de témoignages

Caroline Carré

Persévérance

“Ma fille aînée, à 33 ans, passait un mauvais moment. Elle était découragée, dépressive et très nerveuse, éloignée de l’Église, et s’en alla vivre seule. Ne pouvant rien faire, j’ai pensé à Mme Carré et la lui ai confiée. Pendant deux ans, j’ai demandé son aide. Peu à peu, la

Madame Caroline Carré

Secours inespérés

“Je travaillais comme professeur pour permettre à mon mari de poursuivre ses travaux universitaires. Je me sentais fatiguée et mon apostolat auprès des Filles de Saint François de Sales s’alourdissait. Je me suis donc tournée vers mon amie du ciel : « Caroline, lui dis-je, il me faut plus d’argent et moins

Caroline Carré de Malberg

Confiance et conversion

“J’ai été appelée à soigner M. B., atteint d’une pneumonie suivie de pleurésie purulente. Etant donné le mauvais état du malade, pensionné comme blessé du poumon pendant la guerre de 1914-18, le médecin l’a considéré perdu d’avance. M. B. s’est affaibli jusqu’au jour où le médecin m’a prié de prévenir