Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Jeanne de Chantal avant la fondation de la Visitation

Sainte Jeanne de Chantal – Une vie pleinement vécue 4

On ne peut que s’émerveiller du déroulement des évènements qui ont précédé la fondation de la Visitation. En 1609, la fille de Jeanne, Marie-Aymée épousa Bernard de Sales à Monthelon. Jeanne trouva enfin l’occasion de parler à son père de ses projets de vie religieuse et lui demanda sa bénédiction.

Sentant que sa vocation était sérieuse, il donna son accord à contrecœur. Il avait déjà la charge de Celse-Bénigne (fils de Jeanne) et continuait à s’en occuper. À peu près au même moment, François put parler au beau-père de Jeanne du départ de celle-ci et réussit à le convaincre que c’était la bonne voie pour elle.

Deux décès précipitèrent la Fondation. Au début de 1610, la plus jeune fille de Jeanne, Charlotte, et Madame de Boisy, la mère de François, moururent.

En mars, Bernard de Sales vint à Monthelon pour conduire sa jeune épouse, ainsi que Jeanne et sa famille, dans la maison familiale de Thorens. Jeanne passa quelque temps au château de Sales avec Maire-Aymée pour lui apprendre à gérer la maisonnée. Elle laissa auprès d’elle sa fille Françoise pour l’aider.

Après de tristes adieux à la famille et aux amis, vers la fin du mois de mars, elle se mit en route avec une amie très chère de Monthelon, Charlotte de Bréchard. Elles partaient s’installer à la maison de la Galerie à Annecy afin de fonder la Visitation. Avec deux autres femmes, elles vécurent à l’endroit que François avait trouvé pour elles, au bord du lac. Elles tirèrent parti au mieux de leur pauvre environnement et témoignaient d’une foi solide à une époque où le sentiment anticatholique était vif.

Mary O’Connell, Ancienne Conseillère pour les États-Unis

Prière de Sainte Jeanne de Chantal

Seigneur, bonté souveraine,

Je m’abandonne entre tes bras, dans les joies et les peines.

Conduis-moi où il te plaira : je ne regarderai pas le chemin à suivre. Je ne regarderai que toi, ma providence, ma force, mon rempart. Je ne regarderai que toi qui me guides comme une vraie mère.

Je suivrai le chemin que tu me traces, sans jamais regarder, ni éplucher les causes des évènements, sans me poser trop de « pourquoi ». Les yeux fermés, je ferai ta volonté et non pas la mienne. Je me tiendrai en repos, sans désirer autre chose que ce que tu m’inspireras de souhaiter.

Je t’offre cette résolution Seigneur : je te demande de la bénir. J’y serai fidèle en me méfiant de ma faiblesse et en m’appuyant sur ta bonté, ta libéralité, ta miséricorde

Seigneur j’ai une confiance totale en Toi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin