Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

La Présentation du Seigneur au Temple

Quarante jours après la naissance du Seigneur, la Présentation au temple de Jérusalem clôture les solennités de l’Incarnation.  Cette fête, qui célèbre également la purification de la Vierge Marie, est plus connue sous le nom populaire de Chandeleur en raison de la procession par laquelle débute la célébration. Par ce rite, nous nous souvenons que c’est sous le titre de « Lumière qui se révèle aux nations » que Jésus est accueilli au temple par Syméon. De plus, cette fête est aussi celle de la vie consacrée.

Purification de Marie

          Entre l’adoration des mages et la fuite en Égypte se situe la Présentation de Jésus au temple. Chez les Juifs, 33 jours après la circoncision, soit 40 jours après la naissance d’un enfant, vient la purification de sa mère. N’oublions pas que l’idée d’impureté est à situer dans le contexte de l’Ancien Testament qui ne la considère pas comme une faute morale. La femme qui met un enfant au monde est entrée en contact avec le pouvoir créateur de Dieu. En raison de l’indignité de la personne humaine, elle devient alors rituellement impure.

          Marie se soumet à ce rite, elle qui est la toute pure. Elle fut, au temple, la servante du Seigneur, comme elle l’avait été dans la maison de Nazareth, lors de la visite de l’ange. Elle obéit à la loi, comme son fils le fera tout au long de sa vie, « obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix » (Ph 2, 8) pour nous guérir de notre désobéissance.

Présentation de Jésus

          Chez Luc, la purification de la Vierge met en avant la présentation de Jésus. Il unit ainsi deux événements distincts tout en montrant où se situe la priorité. Porté par sa Mère, le Messie attendu entre au temple et accomplit ainsi les promesses faites à Israël. Le Verbe éternel cache sa divinité sous le voile de l’humanité qu’il a reçue de Marie, et s’offre à nous comme un petit enfant entièrement dépendant de sa mère.

          Si l’on avait demandé à l’Enfant Jésus, tandis qu’il était dans les bras de sa mère : « Où allez-vous ? », n’aurait-il pas eu raison de répondre : « Moi, je ne vais pas ; c’est ma Mère qui va pour moi. » Et si l’on avait insisté : « Mais vous allez tout de même avec votre Mère ? », n’aurait-il pas eu raison de dire : « Non, je ne vais pas, ou si je vais, je vais là où ma Mère me porte ; je ne m’y rends pas avec elle, ni de mes propres pas ; j’y vais par les pas de ma Mère, par elle, et en elle » ? TAD livre IX chap XIII (755)

Fête de la vie consacrée

          La présentation de Jésus au temple, consacré selon la prescription rituelle de l’époque au Seigneur comme tout garçon premier-né, annonce le don de Jésus par amour de Dieu et des hommes, et l’offrande suprême de la Croix. Cette fête a donc une importance toute particulière pour toute personne consacrée qui, inspirée par le don bouleversant du Christ, aspire à son tour à donner sa vie et à tout abandonner pour marcher à sa suite. C’est la raison pour laquelle, en 1997, saint Jean-Paul II a initié ce jour-là la première Journée de la vie consacrée. Les consacrés “se vouent à servir Dieu perpétuellement. Tels […] les religieux. Par leurs vœux, soit solennels, soit simples, ils sont immolés à Dieu, hosties vivantes et saintes.. TAD livre X1 chap VIII [1007]    Tout chrétien, de par son baptême, est consacré à Dieu, mais certains, par un don entier, offrent une réponse entière et lumineuse à l’appel qu’ils ont entendu au plus profond de leur cœur.

          « Je vous exhorte donc, frères, par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière –, en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte. » (Rm 12, 1)

          Avec eux et pour eux, rendons grâce pour ce don fait à l’Église.

Père Patrick-Marie FÉVOTTE

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin