Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Début de la vie religieuse de Jeanne de Chantal

Sainte Jeanne de Chantal – Une vie pleinement vécue 5

Comme on le voit dans bon nombre de ses lettres, Jeanne de Chantal fut extrêmement occupée les premières années après la fondation de la Visitation. Pendant ce temps, elle apprit peu à peu à se détacher du monde et à vivre cachée en Dieu.

Six mois après les débuts de la Visitation, Jeanne fut informée du décès de son père. Pendant son séjour en Bourgogne, sa femme tenta de la convaincre de rester, ce qui eut sur elle exactement l’effet inverse et elle apprécia plus encore sa vie au couvent.

La communauté grandit rapidement pendant les premières années. Alors qu’au début, les Visitandines sortaient pour se mettre au service des pauvres, elles étaient maintenant cloîtrées, sur l’insistance de Monseigneur Marquemont, évêque de Lyon. Condition sans laquelle elles ne pouvaient établir de nouvelles fondations. François de Sales put maintenir leur Règle de Vie Augustinienne et le Petit Office de Notre Dame pour leurs prières communautaires. Inspirée par sa propre vie de famille, Jeanne parvint à établir dans ses couvents une atmosphère familiale et bienveillante.

De nombreuses lettres furent échangées à cette époque entre Jeanne et François. Il arrivait à Jeanne d’avoir une inquiétude presque maternelle à son égard. Par exemple, en 1614, elle lui écrivait : « Je suis terriblement mortifiée d’apprendre que quelqu’un vous a dérangé de l’écriture de vote livre sur l’amour de Dieu ». Elle lui écrivait à quel point elle se sentait débordée, combien elle désirait faire la volonté de Dieu et lui confiait aussi combien elle désirait faire la volonté de Dieu et lui confiait aussi combien elle avait besoin de sa direction pour sa vie spirituelle. Elle terminait alors par ces mots : « Puisse Dieu vous garder toujours dans son amour ».

Mary O’Connell, ancienne conseillère pour les Etats-Unis

Prière de Sainte Jeanne de Chantal

Seigneur, bonté souveraine,Je m’abandonne entre tes bras, dans les joies et les peines.

Conduis-moi où il te plaira : je ne regarderai pas le chemin à suivre. Je ne regarderai que toi, ma providence, ma force, mon rempart. Je ne regarderai que toi qui me guides comme une vraie mère.

Je suivrai le chemin que tu me traces, sans jamais regarder, ni éplucher les causes des évènements, sans me poser trop de « pourquoi ». Les yeux fermés, je ferai ta volonté et non pas la mienne. Je me tiendrai en repos, sans désirer autre chose que ce que tu m’inspireras de souhaiter.

Je t’offre cette résolution Seigneur : je te demande de la bénir. J’y serai fidèle en me méfiant de ma faiblesse et en m’appuyant sur ta bonté, ta libéralité, ta miséricorde

Seigneur j’ai une confiance totale en Toi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin