Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

François de Sales directeur spirituel de Jeanne de Chantal

Sainte Jeanne de Chantal – Une vie pleinement vécue 2

En s’inspirant de la correspondance de Sainte Jeanne de Chantal, Mary O’Connell, ancienne conseillère, met l’accent sur les difficultés rencontrées par Jeanne de Chantal après le décès de son époux. L’importance du discernement dans le choix de son conseiller spirituel va orienter toute sa vie spirituelle. 

D’après ses biographes, Jeanne de Chantal passa la plus grande partie de sa vie spirituelle dans la nuit. À la mort de son époux, elle se trouva dans un état psychologique tel, qu’il lui semblait que seul Dieu se souciait d’elle. En 1602, lors d’une visite auprès des siens, à Dijon, Jeanne rencontra un prêtre qui devint son directeur spirituel. Très rigide, il lui demanda de prononcer quatre vœux qui restreignaient considérablement sa liberté spirituelle et ne faisaient qu’augmenter son mal être.

À cela s’ajouta la demande que lui fit son beau-père de venir s’installer chez lui pour y vivre avec sa maîtresse et ses cinq enfants. Elle craignait en refusant que ses enfants ne soient déshérités. C’est donc à contrecœur qu’elle vint s’occuper des enfants de la maîtresse en même temps que de ses propres enfants. Elle réussit à cacher cette situation à son père puisqu’elle vivait maintenant à Monthelon.

Chateau de Monthelon (photo prise après l’Assemblée Générale de 2015)

En mars 1604, lors d’une visite chez son père à Dijon, Jeanne rencontra François de Sales, évêque d’Annecy, qui prêchait les sermons du carême. Elle s’entretint avec lui et lui confia ce qu’elle vivait. Elle s’arrangea pour aller le voir, avec deux de ses amies, un peu plus tard à Saint-Claude. Remplie de scrupules à cause des vœux qu’elle avait prononcés auprès de son premier directeur, elle fut rassurée par François de Sales. Dans une lettre qu’il lui écrivit le 24 juin 1604, il lui disait qu’ils avaient fait un bon discernement en décidant qu’il devienne son directeur spirituel. Il l’avertissait également que les souffrances de la naissance spirituelle n’étaient pas moindres que celles d’un accouchement.

D’après la correspondance de Sainte Jeanne de Chantal, Ed. Critique, Tome I, 1605-1621, Marie-Patricia Burns, Les Editions du Cerf, Centre d’Études Franco-italien, 1986.

Prière de Sainte Jeanne de Chantal

Seigneur, bonté souveraine,

Je m’abandonne entre tes bras, dans les joies et les peines.

Conduis-moi où il te plaira : je ne regarderai pas le chemin à suivre. Je ne regarderai que toi, ma providence, ma force, mon rempart. Je ne regarderai que toi qui me guides comme une vraie mère.

Je suivrai le chemin que tu me traces, sans jamais regarder, ni éplucher les causes des évènements, sans me poser trop de « pourquoi ». Les yeux fermés, je ferai ta volonté et non pas la mienne. Je me tiendrai en repos, sans désirer autre chose que ce que tu m’inspireras de souhaiter.

Je t’offre cette résolution Seigneur : je te demande de la bénir. J’y serai fidèle en me méfiant de ma faiblesse et en m’appuyant sur ta bonté, ta libéralité, ta miséricorde

Seigneur j’ai une confiance totale en Toi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin