Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Immaculée Conception de la Vierge Marie

Au cœur de l’Avent s’illumine notre joie de fêter Marie Immaculée, notre guide et notre protectrice sur les chemins de cette vie. « Si elle est sainte, qui l’a sanctifiée sinon son Fils ? Si elle est sauvée, qui est Sauveur, sinon son Fils ? » (saint François de Sales)

Immaculée Conception

Bien que la littérature patristique des tous premiers siècles du christianisme reste assez discrète sur le sujet, il ne fait aucun doute que la dévotion mariale a germé très tôt dans la piété populaire. Comment ne pas s’intéresser à cette femme du nom de Marie dont l’existence assure l’insertion du Sauveur dans la race des hommes, c’est-à-dire la réalité de l’Incarnation ? C’est ainsi que la tradition nous rapporte que ses parents étaient des justes nommés Anne et Joachim. C’est de leur union naturelle que Marie a été conçue, union légitime et sainte entre les époux auxquels Dieu a fait le don merveilleux de la sexualité. Mais que signifie « Immaculée Conception » ?

Un dessein d’amour

Parcourons les Écritures depuis la Genèse.

Elles nous révèlent d’abord un Dieu d’amour qui a tout créé par bonté et placé l’être humain au sommet de sa création. Mais elles nous décrivent aussi une humanité qui tend à faire son malheur en s’éloignant de Lui, la Source de tout bien.

Vient alors la réponse de Dieu, une surenchère de miséricorde :

Le Père envoie le Fils, Dieu fait homme, plénitude d’amour et de vie pour tous.

Pleine de grâce

Pour la venue de son Fils en notre chair, le Père a soigneusement choisi, –et le Fils lui-même s’est choisi– entre toutes les femmes, une mère. Dans le sein d’Anne, Il a, par l’Esprit de Sainteté, enveloppé de sa grâce, dès sa conception, le petit embryon de l’élue qui allait naître sous le nom de Marie. « Comblée-de-grâce » : c’est par ce titre que l’Ange de l’Annonciation la salue dans l’évangile que la Liturgie nous offre en ce jour.

La Préface de la prière eucharistique de ce jour, avec ces mots adressés à Dieu le Père :

« Tu as préservé la Vierge Marie de toutes les souillures du péché originel, tu l’as comblée de grâces en plénitude pour préparer en elle une mère vraiment digne de ton Fils » reformule pour aujourd’hui le sens du dogme de l’Immaculée Conception. Précisons que Marie ayant été « rachetée de façon éminente en considération des mérites de son Fils » (cf. Concile Vatican II), est la première des rachetés.

Mère de Dieu et mère des hommes

Ce « privilège » de la Vierge Marie ne la rend pas étrangère à notre humanité, bien au contraire. Elle a mené une vie humble, simple et laborieuse. Dans une collaboration parfaite de sa liberté à la grâce de Dieu, elle n’a commis aucun péché personnel. Exempte de tout retour sur elle-même, elle est entièrement disposée à la présence, l’attention aux autres et la compassion. Mère de Dieu, elle nous a aussi été donnée comme mère par son Fils au pied de la croix.

Avocate auprès du Seigneur

La même Préface citée plus haut, appelle Marie « avocate de la grâce » et « modèle de la sainteté ». Nous pouvons, en toute confiance, remettre entre ses mains très pures nos préoccupations, nos désirs de conversions, nos souffrances et toutes nos intentions. Elle saura les présenter à son divin Fils et nous obtenir des flots de bénédictions.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin