Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Jeanne de Chantal et la foi (IV)

Les écrits de sainte Jeanne de Chantal nous éclairent sur la foi

A propos de ses épreuves, sainte Jeanne a écrit (probablement en 1623) à son amie et Mère du couvent de Riom, Jeanne Charlotte de Bréchard, les mots suivants :

Ma fille, croyez que Dieu veut sanctifier votre cœur bien-aimé par les croix. Je sais que vous tirez profit de tous vos maux, car il y a longtemps que votre âme est accoutumée à la douleur et à l’abaissement qui vous arrivent de la part des créatures, mais par la volonté du Créateur qui vous veut et qui a le dessein de vous élever hautement en sa très sainte éternité.

Dans une lettre à la Mère Anne Catherine de Beaumont qui était à Paris, sainte Jeanne écrit le 5 octobre 1623 :

[…] c’est un article de foi que Notre Seigneur a souffert et senti les travaux de sa passion. Que si bien, il est très vrai que c’est la suite du péché que la douleur et que Notre Seigneur n’a eu ni pu avoir aucun péché en Lui, il est vrai aussi que sa charité éternelle est (dans) sa douceur incompréhensible l’a fait charger de nos offenses, pour en payer la dette au prix de ses travaux intérieurs et extérieurs et de son sang précieux : amour inexplicable !

Mary O’Connell, ancienne conseillère pour les Etats-Unis

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin

Croix glorieuse

Optimisme salésien (II)

La profondeur de l’amour de Dieu pour nous et sa puissance sur le mal et la mort fondent l’optimisme de saint François de Sales. Et cet amour a pris corps dans l’histoire

croix

Sainte Jeanne de Chantal, une vie vertueuse (IV)

« Veillons sur nous-mêmes, sur nos actions, paroles et pensées, sur notre esprit, afin qu’il ne s’occupe que de Dieu, en Dieu et pour Dieu. Veillons sur notre âme […]. Après que nous aurons bien veillé, prions afin que Dieu vivifie notre foi […] »