Mémoire de notre fondateur

Henri Chaumont

Henri Chaumont et son admiration pour saint François de Sales

En ce 15 mai 2021, nous faisons mémoire de notre fondateur, le Père Henri Chaumont et prions avec lui pour notre famille spirituelle. Comment lui est venue l’inspiration de fonder nos Sociétés des Filles, des Prêtres et des Fils de Saint François de Sales ?

Découverte de la spiritualité salésienne

« C’est au séminaire d’Issy que j’ai eu la première révélation de la dévotion envers saint François de Sales. Jusque-là, […] je n’y avais pas arrêté mon esprit. […] Si l’on m’avait demandé alors quel saint je préférais, j’aurais répondu que je ne savais pas, que le caractère de saint François de Sales me plaisait, mais c’est tout. La grâce m’attendait à Issy. C’est au premier déjeuner du séminaire, au bruit des fourchettes, après la lecture de la Sainte Écriture que j’entendis l’appel du bon Dieu. On lisait les Lettres de saint François de Sales. Ce fut pour moi une révélation, une lumière, un coup de grâce pour toujours. […] Ce fut le point de départ, le coup de grâce. Notre-Seigneur parle quand il veut ; il ne parle pas toujours aussi clairement. »

Témoignages d’hier et d’aujourd’hui

Dans son admiration et son amour pour saint François de Sales, Henri Chaumont exagère-t-il les qualités et la sainteté de celui qu’il a choisi comme Patron de l’Association Saint François de Sales ? En lisant le témoignage de Vincent de Paul sur son ami François, les notes du jeune abbé Angelo Roncalli (futur Jean XXIII), ou la Lettre apostolique de Paul VI sur celui qu’il appelle « la perle de la Savoie », on est frappé par la convergence des appréciations.

  • Vincent de Paul (au procès de béatification, 1628) déclare : « En repassant dans mon esprit les paroles du Serviteur de Dieu, j’en éprouvais une telle admiration que j’étais porté à voir en lui l’homme qui a le mieux reproduit le Fils de Dieu vivant sur la terre. »
  • Angelo Roncalli (sous-diacre, 29 janvier 1903) : « Aujourd’hui a été un jour de fête complet. Je l’ai passé en compagnie de saint François de Sales, mon saint bien-aimé. Quelle belle figure d’homme, de prêtre, d’évêque ! Si je devais être comme lui, cela ne me ferait rien même d’être élu pape… Ma vie, le Seigneur me le dit, doit être une copie parfaite de celle de saint François de Sales, si elle veut réaliser un peu de bien… » (Angelo Roncalli sera pape de 1958 à 1963, sous le nom de Jean XXIII. Il a été canonisé le 27 Avril 2014).
  • Jean-Paul II, citant ce passage du Journal de l’âme de Jean XXIII devant les évêques français, à Lyon, le 6 octobre 1986, ajoutait : « On ne saurait mieux nous inviter à nous mettre à l’école du saint d’Annecy […] Au seuil des temps modernes, il représente pour nous une figure exemplaire. » (Saint Jean-Paul II, Pape de 1978 à 2005, canonisé le 27 avril 2014)
  • Paul VI, (pape de 1963 à 1978, béatifié le 19 octobre 2014) publie, le 29 janvier 1967, la Lettre apostolique Sabaudiae gemma, pour le 4e centenaire de la mort de François de Sales :

Si l’on considère le caractère et la forme des vertus de saint François de Sales, on hésite à en tenter la description, parce que n’apparaît pas immédiatement de façon parfaite quelles en sont la nature et les propriétés principales. Une étoile diffère d’une autre étoile, une perle d’une autre perle, un arbre d’un autre arbre : car tout ce qui est beau se distingue par son aspect. […]

 L’ensemble des vertus réunies en saint François de Sales provoque en celui qui les contemple un sentiment de joie et d’admiration.

 Et saint François de Sales exhorte et exhorte tous les hommes, même s’ils sont différents les uns des autres par le sexe, la richesse et la condition, afin que, enflammés par de saints désirs, ils puissent ressentir et vivre cette dévotion.

Aujourd’hui, Daniel Moulinet, psfs, nous conforte dans l’idée de l’actualité d’une telle inspiration : « Alors que beaucoup de nos contemporains ne voient en la promotion du laïcat dans l’église catholique qu’un phénomène récent, l’exemple de l’abbé Chaumont nous montre qu’à l’école de saint François de Sales un tel apostolat a pu se développer, dès le milieu du XIXe siècle, et notamment pour les femmes chrétiennes, domaine où il a été certainement un pionnier. » (Au cœur du monde, Henri Chaumont un prêtre dans l’Esprit de Jésus, Daniel Moulinet, Ed. Beaurepaire.)

Oui, avec Henri Chaumont, nous pouvons reconnaître que François est un « enfant privilégié du Saint-Esprit » et rendre grâce à Dieu de nous avoir appelés à faire partie de sa famille.

share