Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Sainte Jeanne de Chantal (I)

Dès le début de la Fondation de la Visitation de Lyon, Saint François de Sales encourage Jeanne de Chantal à faire confiance à la providence avec joie. Elle-même enseigne la persévérance aux novices et la confiance.

Fin janvier 1615, sainte Jeanne de Chantal se rend d’Annecy à Lyon, pour une Fondation. Saint François de Sales lui écrit pour l’encourager dans ce nouvel effort d’évangélisation :

Ma très chère fille, la providence céleste vous assistera : invoquez-la avec confiance en toutes les difficultés desquelles vous vous trouverez environnées. À mesure que vous allez outre […], vous devez prendre courage et vous réjouir de quoi vous contentez notre Seigneur. […] Allons donc suavement et joyeusement faire l’œuvre que notre maître nous a marquée.

Des années plus tard, sainte Jeanne, dans ses instructions aux novices, s’appuyant sur l’expérience de saint François et l’Écriture, leur donne cet enseignement qui vaut pour nous aussi :

Si nous sommes travaillées de quelques peines et tentations, recourons promptement à Lui […] et Il nous aidera. Avons-nous quelques difficultés, jetons-nous entre ses bras et Il nous consolera […]. Dites comme notre Bienheureux Père à son prédécesseur, Monseigneur de Granier, quand il lui commanda d’aller au Chablais, à Ternier et Gaillard convertir ces peuples. Il était fort jeune, il avait sujet de s’excuser mais il ne dit autre chose, sinon : « Â votre parole, je jetterai les filets ». Ainsi en devons-nous faire, disant à Notre Seigneur que sur sa parole nous commencerons à faire tout notre possible pour nous bien acquitter de notre charge, considérant que de nous-même nous ne pouvons rien, mais qu’en Lui nous pouvons toutes choses.

Recherches faites par Mary O’Connell – Ancienne Conseillère pour les Etats-Unis

Prière de Sainte Jeanne de Chantal
Seigneur, bonté souveraine, 
Je m’abandonne entre tes bras, dans les joies et les peines.
 Conduis-moi où il te plaira : je ne regarderai pas le chemin à suivre. 
Je ne regarderai que toi, ma providence, ma force, mon rempart. 
Je ne regarderai que toi qui me guides comme une vraie mère.
Je suivrai le chemin que tu me traces, sans jamais regarder, 
ni éplucher les causes des évènements, sans me poser trop de « pourquoi ».
Les yeux fermés, je ferai ta volonté et non pas la mienne. 
Je me tiendrai en repos, sans désirer autre chose que ce que tu m’inspireras de souhaiter.
Je t’offre cette résolution Seigneur : je te demande de la bénir.
J’y serai fidèle en me méfiant de ma faiblesse et en m’appuyant sur ta bonté, ta libéralité, ta miséricorde. 	
Seigneur j’ai une confiance totale en Toi.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin

Marie et les Apôtres

Une femme dans les Actes des Apôtres : Marie

L’an dernier, nous avons découvert ensemble les femmes qu’on rencontre dans le livre des Actes des Apôtres, souvenez-vous : Tabitha, Lydie, Priscille…
Il y a une femme dont nous n’avons pas parlé, qui est présente, discrètement, dans toute l’histoire de cette première Église, c’est Marie, mère de Jésus !

Pentecôte

La fête de Pentecôte

La fête de Pentecôte s’enracine dans la célébration de la fête juive de Chavouot qui commémorait, 50 jours après Pâques, le don de la Loi à Moïse sur le mont Sinaï. Marie, les apôtres et quelques disciples se trouvaient réunis à cette occasion.

Optimized by Optimole