Le Seigneur est tendresse et pitié

Le Seigneur est tendresse et pitié

Mercredi de la 4° semaine de Carême

« Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas. »  (Is 49, 15)

Que le monde gronde tant qu’il voudra contre moi seulement, il ne m’en chaud (cela m’est bien égal) puisque celui qui domine sur tous les esprits angéliques est mon protecteur. (Saint François de Sales, EA XXII, 25)

L’amour de Dieu est infini. Il est fou de toi qui lis ce passage, Il est fou de chacun de nous. Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?

 Seigneur, je ne puis t’aimer autant que tu m’aimes mais aide-moi à vouloir te servir davantage.

partager

Articles recommandés