Dans la communion des saints

Dans la communion des saints

Le Père Claude Grimaud (1932-2017)

 

Il est né le 30 septembre 1932, dans la région d’Oran (Algérie), dans une famille de 11 enfants, dont une de ses sœurs sera moniale clarisse. Il demeurera toujours proche de sa famille.

Ordonné prêtre à Alger en 1958, il exerce divers ministères : aumônier du lycée Gauthier, aumônier diocésain de la Jeunesse Etudiante Chrétienne. Le 15 juillet 1977, il est nommé curé de la cathédrale d’Alger, chanoine titulaire et aumônier de l’Action Catholique des milieux indépendants. En août 1981, il quitte pour toujours l’Algérie pour venir à Montélimar, dans le diocèse de Valence où il a une sœur. Claude aura toujours une partie de son cœur en Algérie. Sa jovialité, sa vivacité demeureront teintées du soleil et de la chaleur méditerranéenne.

Le 19 avril 1982, il est incardiné dans le diocèse de Valence, il reçoit la charge du secteur industriel sud à Pierrelatte. En 1994, il reçoit la responsabilité de l’importante paroisse de Romans sur Isère, puis il est nommé curé de l’Hermitage. En septembre 2005, il est admis a faire valoir sa retraite et se retire à Romans. En accord avec Alain Viret, j’envoie Claude une semaine par mois pour le secrétariat de notre Société.

En 2013, suite à un accident cardio-vasculaire, il est admis à la maison de retraite de l’Olivier à Valence qui accueille les prêtres du diocèse.

Il appartenait à notre Société depuis son ordination et je peux témoigner qu’il a été jusqu’au bout un prêtre selon l’Esprit de Jésus à l’école de saint François de Sales.

Dans l’homélie de ses obsèques à Romans le 17 juin, le Père Michel Fourel, recteur de la cathédrale de Valence disait : « Claude était un homme de prière. J’ai pu l’apprécier pendant les quelques années passées avec lui, il était assidu au bréviaire et à la messe quotidienne et aimait partager sa foi. Il faisait partie des prêtres de Saint François de Sales, et il alimentait sa vie de prière à cette spiritualité. Il voyait sans doute en François de Sales, de tempérament fougueux, lui aussi, un exemple et un modèle de conversion possible pour devenir « doux et humble de cœur » ! Rien par force, tout par amour, cette devise de Saint François l’a beaucoup inspiré. »

Le dimanche 11 juin il accomplit sa Pâques, l’une de ses dernières paroles à sa famille sera : « Ne soyez pas dans la peine, nous nous retrouverons. »

À titre personnel, je n’oublie pas  que le 12 décembre 2001,  quelques heures après l’annonce de ma nomination comme évêque de Valence, le premier prêtre qui m’a appelé  au téléphone était Claude. J’y vois sa délicatesse et son affection pour tous les Prêtres de Saint François de Sales.

+Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz.

Évêque de Valence de 2002 à 2013

partager

Articles recommandés