Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

François de Sales et l’éducation : l’humanisme intégral de l’amour

Acheter en ligne
Caractéristiques du livre
Format : Broché
ISBN : 978-2-7468-3621-1
EAN : 9782746836211
Pages : 287
Langue : Français
Prix conseillé : 13 €
A propos de l'auteur
Père Morand Wirth

Salésien de don Bosco. Professeur à l'Université pontificale salésienne

Informations
Date de parution : 21 septembre 2018

Extrait :

En éducation, l’humanisme reste une tâche jamais achevée. On peut dire que celui de saint François de Sales est un humanisme intégral, parce qu’il englobe toutes les dimensions de la personne à éduquer : le corps avec ses cinq sens, l’âme avec toutes ses passions, l’esprit avec ses facultés, et le coeur, symbole de la volonté et de l’amour. Mais cet humanisme salésien possède également une dimension familiale, sociale, civique et internationale. Enfin, c’est un humanisme qui dépasse l’humain, s’ouvrant à la transcendance, à la spiritualité et à l’amour du prochain. C’est l’humanisme intégral de l’amour. L’idée pédagogique principale que l’on peut tirer de l’enseignement du « docteur de l’amour » tient dans une phrase : « Qui a gagné le coeur de l’homme a gagné tout l’homme ». Cette maxime a été reprise par un de ses disciples les plus connus, saint Jean Bosco, convaincu lui aussi que l’éducation est « une affaire de coeur ». Le coeur désigne le centre de la personne, et c’est à partir de ce centre qu’on peut espérer éduquer la personnalité de l’enfant et du jeune dans toutes ses dimensions et dans l’ensemble de ses relations : avec lui-même, avec les autres et avec Dieu. C’est dans ce sens qu’on a osé dire que l’éducation de l’avenir sera salésienne ou ne sera pas.

Du même auteur

Pour aller plus loin

Croix glorieuse

Optimisme salésien (II)

La profondeur de l’amour de Dieu pour nous et sa puissance sur le mal et la mort fondent l’optimisme de saint François de Sales. Et cet amour a pris corps dans l’histoire

croix

Sainte Jeanne de Chantal, une vie vertueuse (IV)

« Veillons sur nous-mêmes, sur nos actions, paroles et pensées, sur notre esprit, afin qu’il ne s’occupe que de Dieu, en Dieu et pour Dieu. Veillons sur notre âme […]. Après que nous aurons bien veillé, prions afin que Dieu vivifie notre foi […] »