Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

EUDOKIA (2) – Les Femmes dans les Actes des Apôtres

Ce mois-ci nous découvrons : Marie, mère de Jean, surnommé Marc, ou : une maison qui rassemble et réconforte.

Au début de la vie de la première communauté chrétienne, à Jérusalem, dès la Pentecôte, le livre des Actes précise : « Jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur »(2, 46). Les rassemblements des croyants se font donc en deux endroits : le Temple – et leurs maisons : « Chaque jour, au Temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner et d’annoncer la Bonne Nouvelle du Christ Jésus »(5, 42).

A Jérusalem, plusieurs de ces maisons, domiciles de certains croyants, étaient des lieux de rassemblement, d’enseignement, de partage du pain en faisant mémoire du Seigneur. Lieux de communion fraternelle, parfois lieux d’effusion de l’Esprit (4, 23-31).

Lorsque vient la persécution, Luc mentionne avec précision l’une de ces maisons accueillant ainsi les croyants : celle de Marie, mère de Jean, surnommé Marc[1] (Actes 12, 12) : c’est là que Pierre se rend, au cours de la nuit, après sa libération miraculeuse de prison : « Tandis que Pierre était gardé en prison, la prière de l’Église s’élevait vers Dieu ardemment ». Puis, dès sa libération, « il se rendit à la maison de Marie, mère de Jean, surnommé Marc, où une assemblée assez nombreuse s’était réunie et priait ». Voici que cette maison est devenue un lieu de veille et de prière pour les responsables de l’Église souffrant la persécution. Et si Pierre s’y rend, durant la nuit, ce n’est pas par hasard : pour lui, cette maison est un lieu familier, où il sait qu’il retrouvera les frères.

A l’invitation du Père Chaumont, regardons dans notre méditation Marie, mère de Marc, qui fait de sa maison un lieu d’amitié fraternelle, de prière persévérante, et dont le fils deviendra l’un des quatre Évangélistes. Que nos maisons puissent être aussi lieux de prière ardente et d’accueil fraternel pour ceux qui sont envoyés pour l’annonce de l’Évangile (prêtres, catéchistes, personnes en responsabilité). Pour se propager, l’Évangile a besoin de ces maisons, et de ces cœurs priants et fraternels !

Eudokia


[1] Jean, surnommé Marc, apparaît à plusieurs reprises dans les Actes : Barnabé et Saul le ramènent de Jérusalem à Antioche (12, 25). On le retrouve avec eux à Chypre (13, 5). Lorsqu’ils repartent vers l’actuelle Turquie, Jean-Marc les quitte pour rentrer à Jérusalem. (13, 13)  Il y a tout lieu de penser que c’est lui dont parle Pierre, l’appelant son fils (1Pierre 5, 13), et qui écrira le 2ème Évangile, le premier à être rédigé (entre 64 et 70).

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin

Marie et les Apôtres

Une femme dans les Actes des Apôtres : Marie

L’an dernier, nous avons découvert ensemble les femmes qu’on rencontre dans le livre des Actes des Apôtres, souvenez-vous : Tabitha, Lydie, Priscille…
Il y a une femme dont nous n’avons pas parlé, qui est présente, discrètement, dans toute l’histoire de cette première Église, c’est Marie, mère de Jésus !

Pentecôte

La fête de Pentecôte

La fête de Pentecôte s’enracine dans la célébration de la fête juive de Chavouot qui commémorait, 50 jours après Pâques, le don de la Loi à Moïse sur le mont Sinaï. Marie, les apôtres et quelques disciples se trouvaient réunis à cette occasion.

Optimized by Optimole