Ailleurs dans le monde : AllemagneUSA

Oser l’engagement dans la société des filles de saint François de Sales

Le témoignage de S. qui fait partie depuis le 2 juillet 2022 des Filles de Saint François de Sales, montre que l’engagement en toute liberté, procure un changement de vie. Elle nous fait découvrir plusieurs moments importants sur ce chemin.

La rencontre et la formation

La rencontre avec le groupe des salésiennes de N. a été un moment crucial : leur accueil simple et chaleureux m’a fait immédiatement me sentir comme à la maison, entourée d’amour amical et sans jugement.

Pendant 2 ans, j’ai assisté aux réunions et j’ai suivi la formation avec la directrice du groupe, L., qui m’a accueillie à bras ouverts toutes les semaines. Le non-jugement, la bienveillance, l’acceptation des autres tels qu’ils sont, c’est ce qui m’a séduite dans le discours de Saint François de Sales.

Il n’y a pas de bigotisme (ce dont j’avais peur) mais un amour sincère, compréhensif de la nature humaine qui me correspond et qui est aussi en accord avec ma condition de femme active.

L’engagement et la consécration

Au fil du temps, ma peur de l’engagement s’est dissipée et l’envie de faire partie de ce groupe s’est accrue. Comment refuser ce chemin d’amour et de douceur qui s’offrait à moi ?

Tout ceci m’a portée jusqu’au jour de ma consécration. C’était une journée magnifique : toutes les Filles de Saint François de Sales étaient présentes ainsi que ma famille et certains de mes amis.

L’Abbé J. , qui a célébré la messe, nous a rappelé la douceur qui caractérise St François de Sales et la phrase importante « Tout par amour rien par force ». Qu’ajouter de plus ? Tout est dit.

Le moment était plein d’amour. Plus de doutes, plus de peurs, seulement une grande paix, une grande joie.

J’ai la sensation d’avoir renforcé mon lien avec le Seigneur et de sentir de plus en plus sa présence.

L’après

Eh bien oui, il y a un après ! La consécration n’a pas été l’aboutissement d’un parcours mais un vrai début. Depuis que j’ai été consacrée, beaucoup de choses se sont passées.

L’engagement dans la vie de ma communauté, paroissiale ou pas, est devenu plus important. De façon naturelle, sans passage en force, les personnes se sont présentées à moi. Les rencontres que j’ai faites depuis sont magnifiques.

Le cercle d’amour qui s’est crée et qui continue à se créer autour de moi est incroyable.

Je suis toujours épatée de voir comme il suffit d’entrebâiller la porte de son cœur pour que le Seigneur entre et donne tout son amour.

Il a été difficile de dire « oui » au Seigneur, mais ce petit oui Lui a suffi pour m’inonder d’amour ! Tous les jours de mille façons différentes, je constate l’abondance d’amour dont je suis entourée. Et cela me pousse à mieux faire, à mieux être, à chercher à devenir cette personne que le Seigneur a vu en moi, la meilleure version de moi-même.

Certes ce n’est pas facile tous les jours : le monde dans lequel on vit nous nous pousse à une frénésie qui nous empêche de prendre le temps d’écouter Dieu. La voie pour s’améliorer et tendre à la sainteté est pleine d’embûches : l’orgueil et le jugement sont certaines d’entre elles.

Mais je suis contente de ce parcours et je remercie de tout cœur les Filles de Saint François de Sales de m’avoir accueillie et si bien soutenue.

J’espère être toujours capable de rendre cet amour.

S. salésienne de la Région Provence-Méditerranée

Magnifique témoignage que j’avais demandé et que je suis heureuse de vous partager tellement je le trouve beau.

Chantal Fontanarava, Région Provence-Méditerranée

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Pour aller plus loin

Marie et les Apôtres

Une femme dans les Actes des Apôtres : Marie

L’an dernier, nous avons découvert ensemble les femmes qu’on rencontre dans le livre des Actes des Apôtres, souvenez-vous : Tabitha, Lydie, Priscille…
Il y a une femme dont nous n’avons pas parlé, qui est présente, discrètement, dans toute l’histoire de cette première Église, c’est Marie, mère de Jésus !

Pentecôte

La fête de Pentecôte

La fête de Pentecôte s’enracine dans la célébration de la fête juive de Chavouot qui commémorait, 50 jours après Pâques, le don de la Loi à Moïse sur le mont Sinaï. Marie, les apôtres et quelques disciples se trouvaient réunis à cette occasion.

Optimized by Optimole